Loin de la froide perfection du papier glacé, cette artiste japonaise joue avec les aspérités de la nature pour se rapprocher au plus près des mystères de sa mémoire.

hiro-chiba-photo-feuille-arbre-soleil-japon-8-2 

C'est SUPERBE ♥

**

Fragile et imprévisible, la mémoire est pleine de mystères. Aussi, pour que ses souvenirs conservent cette part d’imperfection poétique, Hiro Chiba, avec le soleil comme seul assistant, imprime ses photographies sur de véritables feuilles d’arbres. À vrai dire, la photo a rarement été aussi sensible qu’avec cette artiste japonaise. En témoignent ces quelques créations à la fois volatiles, poétiques et mélancoliques.

Source : Hiro Chiba

Hiro Chiba, dont le travail a été relayé par Japanization, a utilisé ce support et cette méthode pour la première fois en 2013, alors qu’elle était en école d’art. Mais il lui a fallu de nombreux essais avant d’arriver au résultat espéré. 

« Au Japon, personne ne faisait ça. J’ai donc dû m’améliorer par moi-même, en multipliant les essais et les erreurs. »

Source : Hiro Chiba

Pour atteindre un tel niveau de perfection rien qu’avec une feuille d’arbre exposée au soleil (et sans le moindre recours à la chimie moderne, ni au moindre pigment), Hiro Chiba, 28 ans, fait appel au pouvoir des photons qui laissent des empreintes sur le monde végétal. Ça demande une grande maîtrise technique mais, pour l’artiste, l’essentiel est ailleurs.

Source : Hiro Chiba

Hiro Chiba : 

« Les photographies imprimées sur les papiers modernes sont parfaitement réalistes et colorées. C’est trop parfait. Avec ça, je n’ai même plus besoin de faire appel à ma mémoire pour compenser les manques de l’image. Je ne veux pas critiquer la photo sur papier mais, quand je vois une photo parfaite, je ne me souviens que de l’image sans que cela n’établisse un lien avec mémoire. »

Source : Hiro Chiba

En faisant appel au végétal et au soleil, Hiro Chiba se rapproche davantage de ce qui fait l’émotion d’une image :

 

« Cette façon de créer est parfaite pour moi. L’image dans la feuille manque de couleur, de détail et de texture. C’est ce qui lui confère autant de nostalgie. » 

 

En fait, ses créations ne cherchent pas à être au plus près de la réalité, mais à être au plus près de la façon dont notre mémoire nous restitue cette réalité. 

« La mémoire ne retient pas tous les détails. Et c’est ce qui la rend si belle et si pleine de nostalgie. »

Source : Hiro Chiba

« Quand j’ai trouvé cette façon de créer, j’ai réalisé qu’elle me permettait d’exprimer des choses que je n’arrivais pas à exprimer par la sculpture. »

Source : Hiro Chiba

Ce qui l’inspire ? Ses souvenirs, forcément.

Source : Hiro Chiba

Source : Hiro Chiba

Avec le temps, la photographie perd peu à peu de son mystère (et l’explosion des smartphones et des réseaux sociaux n’arrange rien). Heureusement, avec une démarche comme celle d’Hiro Chiba, le huitième art renoue enfin avec sa part de magie.

(Photos reproduites avec l’aimable autorisation de Hiro Chiba.) 

Grâce au soleil, elle imprime ses souvenirs sur les feuilles des arbres. (10 photos)

Fragile et imprévisible, la mémoire est pleine de mystères. Aussi, pour que ses souvenirs conservent cette part d'imperfection poétique, Hiro Chiba, avec le soleil comme seul assistant, imprime ses photographies sur de véritables feuilles d'arbres. À vrai dire, la photo a rarement été aussi sensible qu'avec cette artiste japonaise.

https://positivr.fr